SG à l’égard du FN : la BdF ne voit pas de discrimination ? Evidemment elle n’a pas cherché

28 novembre 2017

La lettre par laquelle la Banque de France « croit pouvoir conclure qu’il n’y aurait pas eu de discrimination politique de la Société Générale à l’égard du Front National » est un chef d’œuvre de jésuitisme.

M. Lemaire avait donné le ton vendredi en déclarant avant même toute enquête que le système étatique défendrait par principe le système bancaire. On comprend que la Banque de France se soit, dans ces conditions, volontairement interdit d’aller chercher querelle à la SG. Pour autant, chacun remarquera qu’elle s’est évertuée à la nuance et la prudence.
Une prudence de la BDF qui en dit long.

L’honorable institution qu’est la Banque de France a l’honnêteté de déclarer qu’elle n’a pas fait d’enquête ; elle admet notamment qu’elle s’est contentée de recueillir les déclarations téléphoniques de la Société Générale pour arriver à une conclusion dont chacun remarquera la prudence « ne laisse pas supposer de discrimination ».

Il est logique que compte tenu de la plainte pénale et de l’instruction judiciaire qui va se dérouler et révèlera immanquablement la vérité, l’Hôtel de Toulouse choisisse la prudence et ne s’avance pas davantage pour défendre de manière définitive la SG.

La Peur de découvrir la vérité ?
Pourquoi la Banque de France n’a-t-elle pas cherché à aller au fond de l’affaire? Avait–t-elle peur de trouver une nouvelle turpitude à la SG ?
Une affaire de discrimination sur la liste déjà longue des affaires qui entachent l’histoire récente de la Société générale n’aurait pas arrangé les affaires d’une banque contrainte de procéder à des licenciements massifs et dont le cours de bourse témoigne de la perte de confiance des investisseurs dans ses actuels dirigeants.

Quant à la clôture brutale du compte personnel de la Présidente du FN par la HSBC, la BDF, prudemment n’en dit mot.

Le FN appelle ses électeurs à en tirer toutes les conclusions
Au moment où le système semble avoir décidé d’étrangler financièrement le FN en le privant des moyens techniques de son existence, Marine Le Pen, Présidente du Front National, demande à ses électeurs de soutenir par tous moyens le Front National. Au-delà de son cas propre, le Front National mène un combat contre les abus manifestes d’une oligarchie bancaire qui asservit la France, les Français, l’Etat et les entreprises.
Concernant la SG et la HSBC, elle leur laisse la liberté d’apprécier ce qu’il faut penser d’une banque qui a fait le choix de traquer les nationaux du seul fait qu’ils soient des patriotes.

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Google+